fermer
COLOMBIA
Mexico
Panamá
Indonesia
Turkey
Other partnerships :
  • Tizi Ouzou, ALGERIA
  • CHINA
Vitrine des finissants du
réseau LCI Education
Uxibus - Beauté

Travailler au gouvernement : Mythes et réalités

Retour à la liste des ressources
Marché de l'emploi

Peu importe que vous vouliez devenir charpentier, chercheur, bibliothécaire, apiculteur ou spécialiste des ressources humaines, vous pouvez trouver un emploi auprès du gouvernement. Les paliers fédéral, provincial et municipal de gouvernement recrutent collectivement de nombreuses personnes pour un vaste éventail de carrières. Cependant, certains chercheurs d’emploi ont des idées fausses sur le processus de recrutement et l’environnement de travail de la fonction publique. Cet article devrait dissiper certains des mythes répandus.

Mythe 1 : Qualification
« Je n’obtiendrai jamais un emploi au gouvernement avec un simple diplôme en arts. »

Fédéral : Le gouvernement fédéral du Canada offre plus de 1000 types d’emploi différents, au pays et à l’étranger. Il offre aussi d’amples possibilités de formation, de perfectionnement, de mentorat et d’avancement. De nombreux postes de gestion exigent simplement un grade universitaire – parfois avec une spécialisation ou des études dans un domaine précis. Bien qu’un diplôme soit important, les exigences des postes supérieurs sont habituellement axées sur les compétences de base en leadership, les valeurs et l’éthique de la fonction publique du Canada, et sur la façon d’exécuter efficacement les fonctions en cause. Il est plus important d’avoir de l’expérience de gestion dans le milieu du gouvernement fédéral et dans diverses situations et circonstances, par exemple en approvisionnement, en finances ou en prestation de programmes.

Provincial : Les exigences dépendent du rôle et du ministère en cause. Par exemple, si le ministère des Transports veut engager un mécanicien, le candidat retenu devra avoir les titres de compétence voulus. Cependant, de nombreux postes exigent simplement un diplôme, parfois avec une spécialisation précise. Une fois engagé, le candidat apprend « les ficelles » et postule des emplois plus avancés. Lorsqu’il s’agit du gouvernement, les chercheurs d’emploi devraient penser en termes de « carrière » plutôt que d’« emploi ».

Municipal : De même au palier municipal, les exigences dépendent du travail en cause. Certains postes exigent une formation ou un certificat spécialisés – par exemple pour l’inspection de bâtiments ou la gestion financière – alors que d’autres n’ont pas d’exigences très précises. Souvent, les postes de débutant sont conçus de sorte que le nouvel employé peut apprendre à maîtriser le travail requis aussi bien que le contexte organisationnel. Une fois qu’un employé a démontré ses compétences, d’autres occasions de formation et d’avancement peuvent lui être présentées.

Même si une certaine formation spécialisée est nécessaire pour des postes précis, les emplois à chaque palier de gouvernement exigent surtout des personnes qui possèdent des compétences de base. Sachez qu’un diplôme en arts démontre votre aptitude à gérer votre temps, à travailler seul ou dans une équipe, à effectuer des recherches, à analyser de l’information de façon critique, à présenter des synthèses de vive voix ou par écrit, et à communiquer efficacement. Il s’agit d’autant de compétences précieuses qui sont pertinentes à de nombreux postes gouvernementaux.

Mythe 2 : Exigences linguistiques et géographiques
« Je dois être bilingue et vivre à moins de X kilomètres de l’emploi. »

Fédéral : Les postes de débutant qui sont annoncés dans le cadre du Programme de recrutement postsecondaire sont assortis d’une variété d’exigences linguistiques ou géographiques. La langue requise dépend habituellement du type de poste et de l’endroit où les fonctions sont exercées. Par exemple pour un poste de gestionnaire situé au Québec, le français serait probablement requis; le même poste dans la région de la capitale nationale peut desservir des régions anglophones et francophones du pays. Si l’annonce d’un poste indique « bilingue impératif », vous devez répondre aux exigences linguistiques selon une échelle allant de A à C (C indiquant des compétences supérieures) pour être admissible. Cependant, il y a aussi des postes pour lesquels le bilinguisme n’est pas impératif et où vous aurez un délai donné pour répondre aux exigences linguistiques. En outre, certains postes ont des exigences linguistiques mixtes ou variées. Le Canada est une nation multiculturelle, donc les exigences linguistiques peuvent aller au-delà de nos deux langues officielles.

Quant à l’aspect géographique, le gouvernement fédéral offre de nombreux postes partout au Canada, dans des régions rurales et des centres urbains. Si vous réfléchissez à un emploi au gouvernement fédéral, retenez cette donnée : 61 % des fonctionnaires établis au Canada se trouvent dans les diverses régions du pays, comparativement à 39 % qui sont dans la région de la capitale nationale. Si le poste indique que vous devez habiter dans une certaine région, il faut en général comprendre que le gouvernement n’est pas disposé à payer vos frais de déménagement si vous n’habitez pas cette région. Postulez quand même en indiquant que vous déménagerez, surtout si vous êtes prêt à apprendre une autre langue. On ne sait jamais.

Provincial : Ce mythe ne vaut pas pour tous les gouvernements provinciaux. Par exemple, si vous voulez travailler pour le gouvernement de la Nouvelle-Écosse, la langue peut être importante pour un emploi dans un organisme qui offre des services ou des programmes en français (p. ex., Office des affaires acadiennes, Accès Nouvelle-Écosse). Si vous voulez travailler pour les gouvernements du Nouveau-Brunswick ou du Québec, il peut être essentiel de maîtriser les deux langues officielles, quel que soit le travail en cause.

En ce qui concerne le lieu de travail, la plupart des emplois aux gouvernements provinciaux sont situés dans des centres urbains (souvent, dans la capitale provinciale). Tout dépendant du choix de carrière, un chercheur d’emploi peut être amené à travailler dans un centre urbain donné.

Municipal : Comme dans les gouvernements provinciaux, les exigences linguistiques et géographiques peuvent varier selon la région et la population.

En postulant un emploi auprès de tout palier de gouvernement, n’hésitez pas à indiquer votre maîtrise de langues autres que l’anglais ou le français. La population canadienne est diversifiée, et elle parle de nombreuses langues. Par ailleurs, les lieux de travail éloignés de votre domicile peuvent vous présenter de nouvelles possibilités. Ne craignez pas de partir à l’aventure!

Mythe 3 : Milieu de travail
« Je serai bien payé et je ne devrai pas travailler trop fort, mais il n’y aura guère de possibilités d’épanouissement. »

Fédéral : De nombreux emplois du gouvernement fédéral sont tout aussi exigeants, sinon plus – en raison des règles, règlements et politiques – que ceux du secteur privé. Il est faux de croire que les fonctionnaires sont paresseux, trop payés et incapables de faire autre chose. La grande majorité des fonctionnaires travaillent fort et bien. Par ailleurs, le gouvernement fédéral favorise l’équilibre vie professionnelle-vie personnelle. Certains ministères permettent (pour certains postes) que les employés travaillent une semaine condensée ou selon des heures flexibles.

Toutes les offres d’emploi sont annoncées dans le site Web de la Commission de la fonction publique du Canada : emplois.gc.ca. En examinant ces offres d’emploi, on peut comprendre quels genres d’emplois sont offerts et quelles qualités sont nécessaires. Le milieu de travail peut être très différent de celui du secteur privé, ce qui peut créer un choc culturel.

Provincial : Les gouvernements provinciaux offrent des emplois exigeants et variés. Le gouvernement évolue, et les postes offerts font de même. La charge de travail a augmenté avec les années, et le type de travail a changé. Les postes de gestion sont souvent assortis d’une bonne rémunération.

Par exemple, le gouvernement provincial est le plus grand employeur en Nouvelle-Écosse : il compte plus de 10 000 employés dans 19 ministères et environ 75 organismes. Les chercheurs d’emploi peuvent trouver des carrières dans des domaines tels que technologie de l’information, entretien et métiers, réglementation et application de la loi, éducation et formation, sciences naturelles, énergie, pêche et agriculture, communications et gestion de l’information, santé et sciences sociales, tourisme, culture, loisirs et patrimoine, gestion et administration ou direction supérieure.

Municipal : Les gouvernements municipaux desservent la population locale – c’est-à-dire vos voisins, vos amis et les membres de votre famille. Les employés travaillent donc fort pour le compte de leur communauté et de leur région. Comme dans tout poste de quelque niveau que ce soit, il faut prévoir travailler à différentes tâches dans divers services avant de trouver son créneau.

En raison de la conjoncture économique et du souci croissant de la responsabilité fiscale et des restrictions budgétaires, les ministères et organismes gouvernementaux ont, dans l’ensemble, des structures allégées. Les employés sont appelés à travailler plus fort et à faire preuve de dévouement envers l’organisation avant de recevoir de l’avancement. Il s’agit donc d’avoir des attentes réalistes en ce qui concerne la rémunération et les responsabilités initiales. Il peut falloir du temps pour prouver sa valeur et son dévouement à l’organisation avant d’être récompensé de ses efforts.

Mythe 4 : Relations personnelles
« Il faut connaître quelqu’un. »

Fédéral : La fonction publique fédérale a divers programmes visant à aider les étudiants à trouver un emploi au gouvernement, y compris le Programme fédéral d’expérience de travail étudiant (PFETE), le Programme de stages d’enseignement coopératif, le Programme des adjoints de recherche (PAR) et autres stages. Dans la pratique, il faut présenter une demande par le biais du site emplois.gc.ca, et répondre aux critères de mérite établis pour être admis à un concours. Ensuite vient un processus d’évaluation qui peut comporter un examen écrit, une présentation ou une entrevue. Si vous franchissez toutes ces étapes, vous êtes inscrit dans un bassin et les gestionnaires y puisent les meilleurs candidats pour un poste donné. Le processus de dotation fédéral est donc très rigoureux et transparent, ce qui en fait un des plus équitables au Canada.

L’aide que vous pouvez recevoir de quelqu’un qui est déjà au gouvernement fédéral est de comprendre comment postuler un emploi efficacement. De nombreux ministères offrent de la formation. Une fois que vous avez le pied dans la porte, profitez de l’expérience pour apprendre comment le processus fonctionne et éventuellement postuler divers emplois. Pour les gestionnaires ou superviseurs de programmes de travail-études ou pour les employés occasionnels, il y a aussi l’option d’un programme d’intégration des étudiants qui permet aux étudiants de faire la transition à un emploi permanent au terme de leurs études.

Provincial : Si vous cherchez un emploi auprès d’un gouvernement provincial, pensez à développer votre réseau. Vous devez connaître les données propres au poste convoité, la façon d’accéder aux emplois et la façon de vous mettre en valeur dans une entrevue. Pour faire une bonne entrevue, le chercheur d’emploi doit être renseigné sur le ministère, le poste offert et le processus d’entrevue et d’embauche. Les gouvernements utilisent souvent un système d’évaluation comportant de nombreux dispositifs empêchant qu’une personne soit engagée en fonction de « qui elle connaît ». La plupart des gouvernements provinciaux travaillent d’ailleurs dans des contextes syndiqués, et ils doivent respecter les conventions collectives. Des pratiques d’embauche équitables garantissent que la dotation respecte le principe du mérite et favoriser la transparence, la cohérence, l’équité et la responsabilisation dans le processus d’embauche.

Municipal : Les pratiques d’embauche des gouvernements municipaux sont souvent moins rigoureuses que celles des paliers fédéral et provincial, mais les mêmes genres de politiques d’embauche sont de rigueur. Le mythe voulant que l’embauche dépende de « qui on connaît » provient de ce que certaines personnes passent d’un emploi d’été à un emploi permanent. Dans ces cas toutefois, la personne est souvent connue d’un service donné, mais est employée dans un autre service. L’embauche est ainsi fonction d’une efficacité démontrée et non de relations personnelles.

Dans les politiques et la pratique de l’embauche, tous les paliers de gouvernement tiennent à favoriser un effectif qui est représentatif de la population qu’ils desservent. Si vous faites partie d’une population qui est sous-représentée, envisagez de le signaler dans votre demande. Soyez prêt à consacrer du temps et des efforts à une demande d’emploi. La première impression produite par votre demande écrite ou en ligne est importante. Remplissez le formulaire de demande selon les instructions et non selon ce que vous pensez qu’il faut inscrire.

Conseil aux étudiants

En conclusion, toute personne qui cherche un emploi devrait examiner les possibilités que présentent les divers paliers de gouvernement. Sachez quels postes sont offerts et quand ils sont habituellement annoncés, préparez une lettre de présentation et un CV pertinents et ciblés, et perfectionnez vos aptitudes aux entrevues. Vous augmenterez ainsi vos chances d’être engagé. Discutez avec des gens qui travaillent déjà au gouvernement.

Une excellente façon de découvrir si la fonction publique vous convient est de trouver un emploi d’été au gouvernement. En outre, vous pourrez ainsi créer un réseau, parfaire vos compétences et apprendre à connaître la culture du milieu de travail. Une bonne information vous aidera du reste à prendre de meilleures décisions pour votre carrière.

Sources / Ressources

L’information fédérale provient du site Web de la Commission de la fonction publique ainsi que de connaissances personnelles des processus de recrutement du gouvernement fédéral. Voir http://jobs-emplois.gc.ca/centres/faq-fra.htm#rps et http://jobs-emplois.gc.ca/centres/presentation/r2-fra.htm.

Les renseignements provinciaux proviennent du site Web de la Commission de la fonction publique de la Nouvelle-Écosse et de diverses personnes au sein du gouvernement ainsi que de consultants externes. Voir http://www.gov.ns.ca/careers.

Les renseignements municipaux proviennent de divers sites Web municipaux et de conversations avec des personnes ayant travaillé dans divers postes gouvernementaux, à titre d’employés ou de consultants.

 

 

Jane MacDonald est directrice au Centre des carrières et Programme d’éducation coopérative, Université St. Francis Xavier

 


Source : MacDonald, J. (2010). Travailler au gouvernement : Mythes et réalités. Options Carrières, 24 (2), 22-26. Repéré à http://www.magazineoptionscarrieres.com/

QU’EST-CE QUE UXIBUS ?

Véhicule actuel du génie de la relève, UXIBUS est la tribune des étudiants du réseau LCI Education. L’exposition de la grandeur de leurs ouvrages rencontre l’attention du prospecteur de petits prodiges.

De la démo de robots animés à l’analyse de marché du bas nylon, en photo, vidéo ou fichier texte, votre création mérite d’être affichée. Portfolio et curriculum vitae sauront atteindre les yeux du recruteur en quête de la future star.

© 2014 – LCI Education – Tous droits réservés